www.comite-olympique.mc 

Les premiers Comités Nationaux Olympiques furent créés en Grèce et en France en 1894 année de la fondation du Comité International Olympique par Pierre de Coubertin. A leurs débuts, la plupart des CNO n’étaient que des structures temporaires, l’activité, quadriennale, ne justifiant pas nécessairement d’institution permanente. Par exemple, les JO d’Athènes de 1896 n’avaient réuni que 241 athlètes de 14 pays.

Puis, face au développement des Jeux (ceux de Paris en 1900 rassemblèrent 997 athlètes dont 22 femmes) et à leur internationalisation croissante, le Comité d’organisation des Jeux de Stockholm 1912 fut conduit dès 1910 à demander « aux membres du Comité International (…) de former des Comités nationaux propres à assurer la participation de leurs concitoyens aux concours de la Ve Olympiade ». De fait, ce furent les premiers Jeux regroupant des athlètes des cinq continents.

En Principauté, le comte pontifical Albert Gautier-Vignal avait ébauché en 1907 la création du Comité Olympique Monégasque et en 1908, juste avant les Jeux de Londres, Monaco devint la 25ème nation membre du CIO.

Il fallut attendre 1937 pour que le CIO acte que « les invitations aux Jeux sont adressées par le COJO à tous les pays en général et en premier lieu à ceux dans lesquels fonctionnent des CNO régulièrement constitués » et 1972 pour qu’il intègre dans la Charte Olympique un Chapitre dédié aux CNO.

Depuis le Congrès de Varna en 1973, près de vingt ans après que le Comité Olympique Monégasque eût été institué sous le Patronage de S.A.S. le Prince Rainier III par Ordonnance Souveraine n° 688 du 31 décembre 1952, les Fédérations Internationales de sport, les CNO et le CIO forment les trois piliers du Mouvement olympique.

D’après l’article 27 de la Charte olympique actuellement en vigueur, les CNO, ont pour mission de développer, promouvoir et protéger le Mouvement olympique dans leurs pays respectifs, et pour rôle de :

. Promouvoir les principes fondamentaux et les valeurs de l’Olympisme dans leurs pays, tout particulièrement dans les domaines du sport et de l’éducation, en soutenant des programmes d’éducation olympique à tous les niveaux dans les écoles, les institutions d’éducation sportive et physique et les universités, ainsi qu’en encourageant la création d’institutions consacrées à l’éducation olympiques et les autres programmes, notamment culturels, en relations avec le Mouvement olympique ;

  • Assurer le respect de la Charte olympique dans leur pays ;
  • Encourager le développement du sport de haut niveau ainsi que du sport pour tous ;
  • Aider la formation des cadres sportifs en organisant des cours et s’assurer que ces cours contribuent à la propagation des principes fondamentaux de l’Olympisme ;
  • Agir contre toute forme de discrimination et de violence dans le sport ;
  • Adopter et mettre en œuvre le Code mondial antidopage ;
  • Encourager et soutenir les mesures relatives aux soins médicaux et à la santé des athlètes.

Le Comité Olympique Monégasque, présidé par S.A.S. le Prince Albert II, membre du CIO, comprend toutes les fédérations nationales affiliées aux FI régissant des sports inclus dans le programme des Jeux Olympiques ou leurs représentants et des représentants élus des athlètes, qui doivent avoir pris part aux Jeux Olympiques.

Ils peuvent en outre comprendre comme membres : des fédérations nationales affiliées aux FI reconnues par le CIO et dont les sports ne sont pas compris dans le programme des Jeux Olympiques; des groupes multisportifs et d’autres organisations à vocation sportive, ou leurs représentants, ainsi que des personnes possédant la nationalité du pays et susceptibles de renforcer l’efficacité du CNO ayant rendu des services éminents à la cause du sport et de l’Olympisme.

Stade Louis II, 7 avenue des Castelans
MC 98000 Monaco
Téléphone : +377 92.05.71.67
Télécopie : +377 92.05.71.68.
secretariat@comiteolympique.mc