Le CMA au Symposium annuel de l’Agence Mondiale Antidopage – 13, 14 mars 2019

Le symposium annuel de l’AMA – 13,14 mars 2019

Le Comité Monégasque Antidopage a participé au Symposium annuel organisé par l’Agence Mondiale Antidopage (AMA) au SwissTech Convention Center à Lausanne les 13 et 14 mars derniers.

Le symposium annuel de l’AMA s’adresse aux intervenants de la lutte contre le dopage des fédérations internationales, des organisations nationales et régionales antidopage et des organisateurs de grandes manifestations, aux représentants de gouvernements, de commissions d’athlètes, de laboratoires accrédités par l’AMA et d’unités de gestion du Passeport biologique de l’athlète, ainsi qu’aux autres partenaires de la lutte pour un sport propre tels que les médias, les chercheurs, les fournisseurs de services et les fabricants des kits de prélèvement.

Sa quinzième édition, « Vers 2021 : Construire l’avenir ensemble », s’est déroulée les mercredi 13 et jeudi 14 mars 2019 au SwissTech Convention Center à Lausanne (Suisse) et a rassemblé quelques 900 participants venus du monde entier dont la délégation du Comité Monégasque Antidopage conduite par son président.

De fait, son programme a principalement porté sur la nouvelle version du Code et des Standards internationaux qui entreront en vigueur au 1er janvier 2021 mais il a aussi traité de de la Charte antidopage des droits des sportifs, qui est actuellement élaborée par le Comité des sportifs de l’AMA avec pour but d’inclure ses principes clés dans le Code 2021 et des conséquences prévisibles de la non-conformité aux dispositions de la Convention de l’UNESCO qui est l’instrument de droit international public par lequel trouve à s’appliquer le Code Mondial Antidopage, instrument de droit international privé.

Pour son dernier symposium en qualité de Président de l’AMA (1), Sir Craig Reedie ( à droite sur la photo), a rappelé dans son discours intitulé « L’Unité sera notre Force » la manière dont le dossier russe a pu sortir de l’impasse dans laquelle il s’était trouvé, les progrès réalisés par l’agence nationale russe antidopage (RUSADA), les effets de l’expérience de l’affaire russe sur la conformité au Code, les réformes entreprises en matière de gouvernance au sein de l’AMA avant que le directeur général de l’Agence, M. Olivier Niggli ( à gauche sur la photo) n’aborde de manière plus détaillée dans sa présentation «  Ensemble sur le bon chemin » les priorités stratégiques mises en place à la lumière de la crise russe et, notamment, le renforcement du programme de suivi de la conformité au Code et à ses Standards internationaux, l’amélioration des performances des laboratoires accrédités, l’approfondissement des connaissances scientifiques dans tous les domaines de l’antidopage, l’accroissement des capacités des Organisations nationales antidopage, des Organisations régionales antidopage et des Fédérations internationales. Le développement du système ADAMS de prochaine génération, la poursuite de l’élaboration du futur Standard International pour l’éducation, l’amélioration des structures de gouvernance de l’Agence et de ses capacités financières ainsi que le développement du cadre juridique dans lequel se réalise le programme mondial antidopage.

Dix sessions de travail se sont ensuite réparties sur les deux journées du Symposium qui se sont closes sur une table ronde animée par M. James Fitzgerald, membre dirigeant du département des relations avec les médias et des communications de et une intervention de M. Sébastien Gillot, Directeur du Bureau européen de l’AMA et des relations avec les Fédérations internationales concernant la prochaine Conférence Mondiale de Katowice avec un  point sur les résultats des différentes phases de consultation ayant permis de modeler les nouveaux textes.

Ces dix sessions de présentation ont respectivement porté sur :

1° le processus de révision du Code Mondial Antidopage par M. Julien Sieveking, Directeur des Affaires juridiques de l’AMA, complétée par des interventions de M. Richard Young du cabinet d’avocats international Bryan Cave Leighton Paisner,  chef de l’équipe de rédaction du nouveau Code ;

2° la Charte antidopage des droits des athlètes par Mme Beckie Scott et M. Ben Sandford, respectivement présidente et membre du Comité des Athlètes de l’AMA ;

3° l’état d’avancement du futur Standard International pour la gestion des résultats par M. Ross Wenzel, avocat et M. Kellerhals Carrard, rédacteur en chef au sein du groupe de travail spécialisé chargé de cette tâche ;

4° l’état d’avancement du futur Standard International pour l’éducation par M. YaYa Yamamoto, cadre de l’agence japonaise anti-dopage ;

5° le Standard International pour la conformité au Code des signataires qui est entré en vigueur au 1er avril 2018 par M. Jonathan Taylor, Président du Comité de Révision de la Conformité de l’AMA ;

6° une présentation des travaux du groupe de suivi de la Convention de l’UNESCO portant sur des liugnes directrices opérationnelles et l’établissement d’un cadre juridique des conséquences d’une non-conformité par M. Bram van Houten , Conseiller politique au ministère hollandais de la Santé, du Bien-Etre et des Sports et par M. Per Nylykke, Directeur des Sports au Ministère de la Culture du Danemark ;

7° l’actualisation du Standard International pour les Contrôles et les Enquêtes par M.M. Tim Ricketts et Stuart Kemp, respectivement Directeur et directeur adjoint du département des Standards et de l’Harmonisation de l’AMA, et par Mme Susan Ahern, avocate et dirigeante de l’équipe de rédaction de ce Standard ;

8° l’actualisation du Standard international pour les Autorisations d’usage à des fins thérapeutiques par M. Alan Vernec, Directeur médical de l’AMA et Mme Elizabeth Riley, chef rédacteur du groupe de travail chargé de l’actualisation de ce Standard ;

9° le projet de la nouvelle version du Standard International pour les Laboratoires qui, si elle est approuvée en mai 2019 par les organes compétents de l’AMA entrera en vigueur le 1er novembre 2019 par M. Richard Young, M Peter van Eenoo, Directeur du laboratoire DoCoLab de l’Université de Gand, Mme le Dr. Andrea Gotzmann, président du Bureau Exécutif de l’agence allemande antidopage , M. Osquel Barroso, Directeur général adjoint du département des Laboratoires et de la Recherche Scientifique de l’AMA ; 

10° le point des modifications proposées pour une nouvelle version du Standard International pour la protection des renseignements personnels par M. Dan Cooper, avocat et Mme Frédérique Horwood,  gestionnaire du département de la Protection des Données et de la Sécurité de l’Information de l’AMA.

La délégation du Comité Monégasque Antidopage était composée de quatre personnes pour pouvoir assister à l’ensemble des sessions de travail.

(1) Sir Craig Reedie, issu du CIO avait été élu en 2013 pour un premier mandat de 3 ans à compter du 1er janvier 2014 puis réélu pour un second mandat à compter du 1er janvier 2017. Il ne pouvait plus se représenter. En vertu du principe de présidence tournante figurant dans les statuts de l’Agence Mondiale Antidopage, le nouveau Président de l’Agence Mondiale Antidopage qui sera cette fois un représentant des Autorités Publiques et non un représentant du Mouvement Olympique sera formellement choisi lors de la Conférence Mondiale de Katowice