Les Championnats du monde d’aviron de mer en Principauté de Monaco

Les Championnats du monde d’aviron de mer ont rempli d’étoiles le plan d’eau de Monaco.

Les Championnats du monde d’aviron de mer ont eu lieu à Monaco du 20 au 23 octobre dernier. Un événement particulièrement réussi qui a su attirer à lui un public nombreux et des athlètes de très haut niveau… sous un soleil radieux comme seule la Côte d’Azur sait en offrir l’automne venu.

Une réussite éclatante

abiance-1

Forte d’excellents résultats aux Championnats du monde d’aviron de mer de Lima en 2015 (deux titres mondiaux pour deux bateaux engagés) et du succès toujours renouvelé du Challenge Prince Albert II, la Société Nautique de Monaco, s’était vue confiée l’organisation de l’édition 2016, qui s’est tenue sur le plan d’eau de la Principauté du 20 au 23 octobre dernier. ” Nous avons eu 750 rameurs, un record historique. Nous avons également accueilli un très grand nombre de nations avec 31 pays représentés”, explique Jean-François Gourdon, le président de la Société Nautique monégasque, avant d’ajouter “il est clair que l’aviron de mer est à un tournant et n’a plus rien à voir avec ce que nous connaissions auparavant”. Une révolution que l’on doit d’abord au très haut niveau des rameurs engagés, dont de nombreux champions olympiques. Le public ne s’y est pas trompé puisqu’il est venu en masse, profiter de ce weekend éclatant de soleil. 

Une ouverture princière

Si les hostilités ont commencé dès le jeudi, c’est le samedi qui a offert les affrontements les plus enlevés. La journée s’était d’ailleurs ouverte par une mise en mer d’un prestigieux “huit”, avec, à la rame, SAS le Prince Albert II ou encore Jean-Christophe Rolland, le président de la Fédération internationale des sociétés d’aviron (FISA). Dans le sillon de l’embarcation princière, les rameurs monégasques se sont élancés pour tenter de renouveler les exploits enregistrés au Pérou. Malgré un très bon départ, le double de Quentin Antognielli et de Giuseppe Alberti (en photo d’ouverture), champions du monde en titre, ont payé très cher une infime erreur à la dernière bouée et ont dû se contenter de la troisième place derrière les Espagnols et les Italiens. Le quatre barré monégasque (Mathias Raymond, Gaëtan Delhon, Maxime Maillet, William Ader, barré par Pierre Zervo), également sacré champion du monde en 2015, a dû, quant à lui, se contenter d’une honorable quatrième place. Malgré tout, les six équipages de la Société Nautique de Monaco n’ont pas à rougir de leurs performances avec quatre finales A, une finale B et une médaille de bronze au compteur.

aviron-sas-aii-bateau

L'action du Comité Monégasque Antidopage

Afin d’assurer l’équité de la compétition et la validité des résultats, la FISA et la SNM ont fait appel au Comité Monégasque Antidopage, l’Organisation nationale antidopage reconnue comme telle par la réglementation monégasque et par l’Agence mondiale antidopage. Les équipes du président du Comité Philippe Orengo (de gauche à droite : Mme Marie-Pierre FERRIOL (Escorte), Mme Andrea Alessio (Secrétaire Permanent du CMA), Dr Alain ALVADO (Médecin Préleveur), Mme Marie-Noëlle VERNAY (Infirmière -Témoin d’échantillon – Agent de prélèvement sanguin), M. Philippe Orengo (Président du CMA), M. Enzo FINO (Escorte). ) ont ainsi effectué, sans encombre, les contrôles obligatoires et suivi les protocoles de l’AMA.

cma-1